dans collaboration, Parfois je me pose des questions plus ou moins à la con

If it’s not a « HELL YES! »…

Tu connais Derek Sivers ? C’est un type qui m’a souvent aidé à expliquer à des non-professionnels de la profession l’importance de la qualité de l’accueil à réserver aux premiers membres d’un mouvement, d’un projet, que ce soit sur les écrans ou loin des claviers. Il a aussi vendu des CDs en ligne (en fait, il était même un des premiers à faire ça), et parfois il porte un costume de clown.

Il proposait en 2009, et à nouveau récemment sur Medium, un très court, très simple, très juste billet.

Si votre vie bien réglée, laissant peu de place au chaos, vous ennuie, adoptez la posture saine du « pourquoi pas » chaque fois que possible. On ne vous juge pas (au pire on essaye de se souvenir si on sait ce que ça fait, mais c’est dur).

Mais si comme moi, vos journées ressemblent à des parties de tetris à l’équilibre improbable passées à arbitrer entre beaucoup trop d’activités, faites vôtre cette règle simple : si vous n’avez pas envie d’un vibrant « MAIS OUI PUTAIN ! » quand on vous propose un job, un projet, une idée, alors le réflexe sain, c’est de dire « non ».

Reprenons la saine habitude de dire « non » plus souvent, quand ça ne mérite pas notre enthousiasme, qui est précieux parce qu’extrêmement entraîné.

Ecrire un Commentaire

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.