It’s never been about office desks: community stories. #web2day 2019, Nantes

Rasa Strumskyte & Yann Heurtaux on stage, web2day 2019

Yesterday in Nantes, Rasa Strumskyte and I hit the Atlanbois stage in Nantes for the Web2Day festival, to discuss coworking in this day and age, and way more.

Our goal was not to comment on Talent Garden’s recent fundraising aiming to open great community campuses in cities « too small » for WeWork. It’s been vastely commented already, and I’m sure Real Estate nerds and I will widely dig into that next November in Warsaw.

We wanted to take the time to explain how do we live, learn, collaborate and share in those spaces, how do work and life happen in coworking communities and shared hybrid spaces, globally. People in the room were almost all « coworking virgins », so we tried our best to keep it as simple and precisely rooted into everyday dynamics as we could.

This fireside chat started with a little but crucial remote video help and introduction from my friends and European Coworking Heroes Jeannine van der Linden and Fernando Mendes. listening to them sharing about community values and reflect upon decades of experience is not your typical corporate bullshit about « co-working » #CoWrong, buckle up!

🎧 🎙🎚 Listen the audio recording of our live conversation here (huge applause for Manon from the volunteer team and Jordan the freelance AV steward with mstream, both in Atlanbois: you rock <3)

🎥📈📺 You can find Rasa’s slides here as a .pdf (EN, Courtesy of Talent Garden, all rights reserved). To dig deeper into community members stories, please check Talent Garden’s 2018 impact report here (in particular, pages 41-52 of it –direct download here-)

It’s been my 6th Web2Day out of 11th editions, and this is becoming an ongoing conversation about better ways of working, infinite places, and the people into those doing important, fantastic, new stuff I am proud of and humbled by at the same time.

You can find the previous episodes here:

2015: Biohackerspaces and what is done into those (FR)

2016: Coworking — No Bullshit v1 (FR)

2018: Coworking — No Bullshit v2 (FR)

2018: Interview en toge pour Maïa Mater, par Quentin Adam & Yann Bresson, avec Damien Cavailles (FR).

A huge thanks to the organization & curation team, in particular Céline & Magali, for their trust over the years. It’s always a pleasure to make this conversation happen in Nantes.

Pic credits: Courtesy of Vincent Beaucourt, volunteer with the live coverage team at web2day, www.studio-appologia.com

[Archive] #pourvuqueçadure #1 Tiers-lieux et design

== Ce billet fait partie des articles postés sur feu blogs.letemps.ch/yann-heurtaux. Ils sont désormais archivés ici. ==

 

Ce billet est le premier d’une série, #pourvuqueçadure.

J’aimerais donner un peu de contexte sur ma contribution écrite à la 10e Biennale Internationale Design Saint-Etienne, qui aura lieu du 9 mars au 9 avril 2017. Ce texte a été publié sur mon Medium il y a quelques jours :

Mon tiers-lieu

Je n’ai pas de définition à offrir pour un tiers-lieu, et ce que ça représente de créer et de chérir les communautés qui en font bien plus que des lieux. J’ai des bouts de vie.
Un tiers-lieu, c’est passer cinq heures à vider des norias de seaux d’eau qui se remplissent à raison de deux litres par minute, pour sauver une armoire serveur d’un dégât des eaux. Parce que pas de WiFi, pas de choco- pas de tiers-lieu. C’est se coucher à 2h du mat’ parce que tu fais la fête pour célébrer la création du spectacle de ton coworker, spectacle qu’il a répété pendant un mois dans ton espace. C’est aussi se lever à 6 le même jour quand même, parce que le lieu ne va pas s’ouvrir tout seul.
Et ça, c’était simplement la semaine dernière, dans mon tiers-lieu.
Je dis «mon», parce que ce commun co-construit, il est aussi à moi, et j’y tiens donc férocement. Faudrait pas trop trop jouer à me l’enlever, juste comme ça, pour déconner. On y travaille, dur, on y construit des amitiés solides, on y rit, on y râle sur un client ou sur ma mère (mais pas trop. On avait dit «pas les mamans»). On y vit.
C’est beaucoup d’empathie, d’amour et de confiance pour, en des gens exceptionnels, ou parfois simplement des humains très banalement normaux, et ça nous fait faire des trucs un peu fous, comme dormir trop peu. Mais qu’est-ce que c’est bon d’être vivant, au cœur des œuvres vives de cette étrange société peut-être en train de mourir. Mais nous, nos communautés, on est bien vivants, debouts. Trop ? Un peu trop parfois, faut croire. Ça peut faire peur aux bétonneurs et aux politiciens d’opérette. /Foert/.
J’abandonne. Ça ne se décrit pas, un tiers-lieu. Vivez-le vous-même, en bas de chez vous, avec les bons autres.

-Yann «shalf» Heurtaux,
Lausanne, 10 février 2016, 5.42 du mat’.
Merci à Yoann pour tout, depuis si longtemps, merci à Sylvia pour tant, au bon moment.

Pourquoi « tiers-lieu » ?

Poursuivre la lecture

[Archive] #pourvuqueçadure : une série sur celles et ceux qui veulent #travaillerautrement et qui le font

== Ce billet fait partie des articles postés sur feu blogs.letemps.ch/yann-heurtaux. Ils sont désormais archivés ici. ==

 

Je n’ai pas défilé pour « Sauver l’Hebdo ». Je me suis rendu par contre au dernier « Brunch des lecteurs » de l’Hebdo, en toute fraude, ne l’ayant jamais lu plus qu’au hasard d’une revue de presse rapide ces 5 dernières années, quand une connaissance ou un membre de la famille y était interviewé-e. J’ai un peu discuté avec des gens qui, comme moi, pensent qu’il faut peut-être plutôt« Réinventer l’Hebdo », ou la façon de faire du journalisme.

Poursuivre la lecture