Ah non c'est pas ça. Belle pierre !

Pas d’exécution, pas de chocolat ou « Comment je suis devenu CCC » 4


J’assistais ce matin à une discussion passionnante dans le cadre d’un rendez-vous mensuel à Neuchâtel, le 2×10 (un espace, commun au Swiss Creative Center et au FabLab à 20 secondes de la gare, 15 à 30 personnes, du café, 2 fois 10 minutes de présentations, une discussion d’une petite heure).
Le thème, la propriété intellectuelle, a permis à Charles Andrès, mon employé (je suis membre actif de l’association qui lui paye son salaire), de tenir le rôle de champion des biens communs. C’était bien.

Ah non c'est pas ça. Belle pierre !

Ah non c’est pas ça. Belle pierre !

Je reste fasciné par les gens tellement attachés à la sacro-sainte protection (illusoire la plupart du temps) de leur meilleure idée qu’ils en perdent de vue l’essentiel : son exécution.
Suis-je trop anglosaxon-centré ? Fréquente-je (oui) trop d’entrepreneurs, de fondateurs ou d’employés de startups, de pratiquants du coworking et autres exotismes un peu en avance ? Peut-être. En attendant, ma réalité professionnelle et philosophique, c’est celle de l’exécution. C’est là où moi et plein d’autres travaillons, tous les jours de semaines plus longues que la moyenne. Pour paraphraser un mantra des Internets : « Execute or it never happened ».

Prenons un exemple précis. Mon projet le plus prometteur du moment, celui avec les meilleures perspectives (financières et fun factor inclus), repose sur une idée non protégée d’une société en gestation qui n’a encore rien déposé nulle part. « Société » au sens de « collectif d’individus concernés et actifs », mais qui n’a pour l’instant aucune forme juridique nulle part, d’ailleurs. Au terme d’une discussion via Hangout en début d’après-midi avec le fondateur (et donc techniquement, mon boss), je viens d’en devenir « Directeur de la Communication » (ou approchant), comme on dit en bon français à vilaines majuscules. Le gars qui parle aux gens et surtout qui écoute leurs besoins. Qui parle de ce que nous faisons, parce que le reste ennuie tout interlocuteur sensé. Qui essaye d’en parler avec passion, le plus possible, au plus de gens pertinents possible. On y reviendra vous vous en doutez, il s’agit de la Medialab Session. Si vous avez des idées de titre plus cools que « Community & Customer Connector », je suis preneur (mais CCC ça claque presqu’autant que le CMI – « Concepteur en Machin Interactif » – de mon pote Séb).

Pas d’exécution, pas de chocolat. F*ck you, patents. Let’s get things done, comme dirait l’autre. On triera après. On se plantera sûrement, mais pas le cul vissé à une chaise, à remplir un formulaire juridique de 30 pages et à attendre qu’une fumeuse administration antédiluvienne et obsolète nous raconte quoi faire avec nos idées.
Et on fera les démarches absolument nécessaires en leur temps, c’est-à-dire environ 5 minutes après notre premier client.


Les Nuls – Comité contre les chats par sangeta


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Pas d’exécution, pas de chocolat ou « Comment je suis devenu CCC »